Zizimap est un side-project réalisé il y a bientôt 2 ans en moins d’une heure, pour m’amuser.

Sans lui avoir apporté de modification depuis, il fait son petit bonhomme de chemin. Le site cumule sans effort plus de 800 partages sur Facebook, et a 2.200 visites uniques mensuelles. Soit plus de visite que de caractères dans le code source.

Si ce n’est pas un succès à proprement parler, il a le mérite de faire sourire pour un coût de réalisation ridicule, et c’est pour moi la plus belle récompense (#peterpan). Donc pourquoi ne pas lui donner un petit coup de pouce pour aller plus loin ? Voilà donc venir une v2, le pourquoi et le comment.

zizimap-tablet
zizimap-tablet

Zizimap en chiffres

Le Google analytics de base posé sur Zizimap donne les chiffres suivants :

  • en ligne depuis 640 jours
  • 2.200 VU mensuels en moyenne sur les 6 derniers mois
  • 30.000 VU
  • Sources des visites :
    • organique: 15.000 (50%)
    • directe: 6.000 (20%)
    • social: 4.000 (13%)
    • (not set): 5.000 (17%)
  • Partage sociaux:
    • Facebook: 800
    • Twitter: 120

Et un sourire sur presque tous les visages de ceux que j’ai observé, dans la tranche 15/35 ans.

Axes d’évolution

L’objectif étant de faire croître le nombre de sourires, et donc de visiteurs. Voici les axes d’amélioration envisagés :

Pour les recherches organiques :

  • Ranker sur un plus large panel de mots clés
  • Ranker sur un plus fort volume en axant sur l’international

Pour les accès directs

  • amélioration de notoriété
  • campagne street-marketing
  • amplification du bouche à oreille

Pour les partages sociaux:

  • Amélioration du partage
  • Amélioration du taux de clic lors d’un partage

Autres points :

  • amélioration du partage via le dark social (email)
  • SEM ?

Taux d’usage réel réparti selon le devices en volume (visites > 15 secondes):

  • mobiles & tablettes: 38%
  • desktop: 62%

Dans la ligne de conduite récurrente du KISS (Keep It Simple Stupid), j’ai fixé les objectifs suivants en restant partisan du moindre effort :

  • Lifting SEO: juste remanier le contenu pour se positionner sur les requêtes un peu plus faibles tout en conservant les actuelles;
  • Traduire la page pour cibler plusieurs marchés;
  • Projeter une opé street market dans les mois à venir (pour s’amuser);
  • Insister sur le partage social en rendant les boutons plus visibles et plus nombreux;
  • Rendre les contenus partagés plus visibles
  • Simplifier le partage par email
  • Tests de campagnes SEM (on va rester sur du budget ridicule, faut pas déconner)
  • améliorer l’expérience utilisateur mobile

Réalisation fonctionnelle

J’ai d’abord refondu le site visuellement, sans déstructurer son organisation pour conserver une continuité. Un changement de couleur principale, beaucoup plus marquante, un contenu visible plus au dessus de la ligne de flottaison, un rythme vertical plus agréable, et une typo plus uniforme et propre.

La version mobile a été repensée, surtout le sélecteur de tailles, qui n’était pas très adapté au mobile. Petit travail sur la ligne de flottaison pour obliger à scroller. Paradoxal ? En fait, ça devrait induire une première interaction montrant qu’il y a plus de contenu (pur feling, je me trompe peut être)

Les boutons de partage ont été multipliés (à 2 endroits), et j’ai tenté sans grande conviction l’ajout de commentaires Facebook. Pourquoi le faire si je n’en suis pas sûr ? Ca représente moins de 5 minutes de travail…

Refonte technique, là où c’est intéressant

Sur le plan technique, de nombreux éléments de détails pour l’internaute, mais qui ont un impact en terme de développement :

  • rapidité et optimisation au mieux des fichiers rendus (images, css, js, compression du code, …) : j’ai pris Frast;
  • un primo rendu rapide : le css au dessus de la ligne de flottaison est réduit à son minimum et embarqué inline pour limiter les chargements de fichiers de style externe. On augmente ainsi la première réponse visible à l’utilisateur. Le reste du CSS est chargé de façon standard dans une feuille de style appelée plus bas dans la page ;
  • du mobile first, pour garantir une utilisation rapide sur device mobile ;
  • l’implémentation de micro-data, qui ne coûte rien et peuvent (?) rapporter gros ;
  • la mise en place de hreflang automatique en fonction des versions traduites, dans les metas comme dans le footer ;
  • tous les contenus sont alimentés par des fichiers sur Google Drive pour permettre à d’autres personnes de traduire le site facilement et en temps réel.
  • la page est mise en cache pour que mon petit serveur ne perde pas de temps à la rendre, son contenu étant purement statique.
  • Test d’une campagne Facebook avec 1 euro par jour pendant 15 jours. Et je vais changer les cibles tous les 5 jours.

A suivre

La version espagnole a été relayée par David Couturier, un Français à Barcelone qui a eu la gentillesse de s’atteler à la première traduction. Son partage sur Facebook et son blog ont eu en premier impact quelques 350 visites dès le site lancé. Bien que totalement décorellé des autres améliorations ou des objectifs SEO, c’est déjà un plaisir au lancement qui me satisferont suffisamment pour me faire patienter et lire les premiers résultats de l’internationalisation.

MISE A JOUR

1er juin 2015, Deux mois après la mise en ligne de la v2

Les résultats ont été largement significatif. Une première visibilité rendue par David Couturier a un peu gonflé le traffic (40 VU). Au delà de cette période, les chiffres sont là:

zizimapv2_res

Durée de visite: + 190%
Nombre de visites: + 90%
Taux de rebond: -45%
Traffic venant de l’international (sur les parties uk, es, be): 18% du traffic global (+ 800%, vu qu’il était quasi nul ce chiffre n’est pas réellement significatif…)

Mais évidemment, des chiffres moins bon: il n’y a pas eu d’évolution significative du partage via twitter/facebook, mais un peu via email.

Au final: une évolution sympa, qui n’aura pas pris beaucoup de temps, mais les résultats sont là !